Skip to Content

Category Archives: Uncategorized

FRENCH BOUTIK – Front Pop – Copase Disques

UN PEU D’HISTOIRE : FRENCH BOUTIK, c’est un groupe francilien adepte de culture mod créé en 2010.

D’abord en quintet mais aujourd’hui en quartet, le groupe publie un premier 45 tours en 2012 chez Copase Disques, le label allemand qui aime les trucs un peu vintage/soul/mod, avec quatre titres et une pochette particulièrement soignée, puis « Ici Paris », un nouvel Ep l’année suivante, avant un passage sur la compile dédiée à Madness et à la recherche sur le cancer « Specialized 3 Mad Not Cancer » avec le morceau « Tiptoes  », très bien adapté.

Fin 2014, French Boutik revient avec un Ep en format double 45 tours enregistré à Hambourg , toujours sur Copase Disques, avec quatre titres (dont « Tiptoes »).

C’est en novembre 2016 que sort chez Copase le premier album de French Boutik intitulé « Font Pop », en quatuor mais avec quelques musiciens additionnels.

LE DISQUE : N’allez pas chercher ici de ska, de rocksteady, de reggae ou de soul. Rude Boy Train n’a pas d’oeillères et s’intéressent à la culture skin, punk, mod et plus si affinités. Et ça tombe bien, le premier album de French Boutik arrive ces jours-ci et je ne vais pas dire que c’est une bonne surprise, car ça n’est pas une surprise, le combo nous ayant déjà habitués à pas mal de belles choses.

Le disque commence avec un morceau qu’on connait déjà, « Le Mac », et c’est idéal pour se mettre en jambe, avec ce clavier qui siffle et cette guitare qui gratte façon pop, un chouïa garage, le tout en français avec un irrésistible côté yéyé qui donne au combo un style qui lui est propre et qu’on ne retrouve pas tous les jours chez les groupes hexagonaux, à part peut-être ici ou là du côté de Q-Sounds Recordings (la soul en plus). « Sur Mon Ecran », un peu nonchalante mais  à la guitare à peu près aussi tranchante (ouh qu’il est beau le solo) est assez réjouissante avec ses clap-clap et cette production propre est nette, vintage dans l’esprit mais plutôt moderne dans le son.

Sur « L’Expert », on aura l’impression d’entendre une voix (masculine cette fois) sortie d’un album d’Etienne Daho, de l’Affaire Louis Trio ou même des Avions, le groupe qui avait eu son petit succès dans le Top 50 au mitan des 80’s. Sauf que là on sent toujours par derrière le petit côté rock qui permet à French Boutik de ne pas se vautrer dans la variété sirupeuse.

On aura des moments de calme sur « Hitch a Ride » mais aussi quelques montées en tension impeccablement maîtrisées (et en anglais s’il vous plait), une belle guitare rythmique et un refrain plus que plaisant sur « Je Regarde Les Tigres », avant ce moment de  finesse absolue qu’est « Impitoyable » où la très belle voix de Gabriela est parfaitement complétée par celle de Serge (qui a tendance à me rappeler aussi Polo des Satellites)  et par des choeurs qui tombent pile où il faut pile quand il faut. Et pour revenir aux avions justement, on vous conseillera d’aller jeter une oreille du côté de « La Chemise Déchirée », un titre habile qui fait sourire en même temps qu’il emporte l’adhésion et qu’il revigore en cette période plus que tristement automnale.

Et puis il y a « Le Casse », climax aux légers accents northern soul de cet album atypique, avec tout plein de choeurs, encore, une rythmique parfaitement en place et des arrangements irréprochables.

French Boutik, à l’image de son premier album, est un groupe réconfortant comme un film de Frank Capra, comme une glace italienne avalée en flânant le long d’une ruelle de Syracuse, comme un pull à col roulé au crépuscule des Trente Glorieuses. C’était le monde d’avant la crise, d’avant la chemise déchirée.

Vince

Lisez l’article original ici

title_goes_here